vendredi , 10 avril 2020
Accueil / Anti-âge / La viande d’animaux de pâturage comparée à la nourriture végétalienne (Les végétaliens nuisent-ils PLUS à l’environnement que les mangeurs de viande ?)

La viande d’animaux de pâturage comparée à la nourriture végétalienne (Les végétaliens nuisent-ils PLUS à l’environnement que les mangeurs de viande ?)

L’article d’aujourd’hui est une nouvelle publication du blog anglais de Drew French. Dans cet article, Drew explique très clairement pourquoi le choix de viandes nourries à l’herbe peut être PLUS RESPONSABLE d’un point de vue environnemental, et même moral. C’est une très bonne lecture, vous pouvez partager cette page sur les réseaux sociaux ou par courrier électronique avec tous vos amis et les membres de votre famille qui pourraient être intéressés…

« L’aliment le plus ‘végétalien’ à acheter est probablement un kilo de bœuf de pâturage. »

J’avais cette pensée hérétique alors que je parcourais la campagne, scrutant les champs de maïs vides à la recherche de signes de vie et m’interrogeant sur l’orgueil de l’humanité. Quand avons-nous décidé que nous pouvions revendiquer toutes les terres de la planète et en utiliser chaque centimètre carré à nos propres fins et besoins ?

Il y a environ 10 000 ans, lorsque nous avons inventé l’agriculture.

Malheureusement, dans la pratique de l’agriculture actuelle, il est impossible de s’abstenir de causer des souffrances sans fin à de nombreuses créatures vivantes. On pourrait soutenir que ce qui provoque le plus de souffrances est l’agriculture cyclique, qui consiste à cultiver des légumes, notamment des céréales, des haricots et du riz qui ne nécessitent qu’un an pour passer de la graine à l’aliment. Nous déplaçons d’innombrables animaux sauvages de leur habitat lorsque nous pratiquons des cultures cycliques. Non seulement cela, mais nous tuons aussi des milliers de créatures lorsque nous cultivons le sol et tirons nos récoltes de ses profondeurs.

Une agriculture pérenne, par contre, basée sur des arbres, des arbustes, des herbes et du bétail, permet à la nature de prospérer sans destruction cyclique. Si l’artisanat agricole peut profiter des avantages à long terme de la plante vivace par rapport aux avantages à court terme fournis par l’abondance annuelle de céréales et de haricots, nous pourrons peut-être investir dans la richesse considérable d’aujourd’hui, y compris nos ressources en combustibles fossiles, dans les rendements cumulatifs de demain.

Mais la vision à court terme de l’homme est absolue, aussi ceux qui comprennent ce qui est vraiment en jeu doivent-ils se lever et parler clairement et fièrement.

J’ai médité pendant des heures sur des champs de maïs vides. En fin de compte, ce qu’il représente est un cimetière pour toutes les espèces sauvages, du ver invertébré à l’oiseau à plumes. L’écosystème sauvage entier est complètement interrompu par notre travail incessant et constant et le harcèlement de toutes les terres arables.

Cette utilisation des terres arables fournit une nourriture abondante à tous les humains, mais elle enlève les repas quotidiens de milliards d’animaux sauvages tels que les lapins, les abeilles, les rongeurs, les dindes, les vers de terre et les insectes sans fin, et détruit leur habitat, leur structure familiale, leurs terrains de chasse et leurs nectars. Sans parler des terribles conditions d’esclavage auxquelles sont soumis de nombreux ouvriers agricoles. Les humains sont aussi des animaux, voyez-vous.

Vous voyez, je ne crois en aucune façon qu’un régime végétalien cause à long terme moins de souffrance que tout autre régime alimentaire.Toute l’agriculture cyclique fournit un terrain fertile pour l’extermination de centaines d’espèces animales sur une base annuelle. Si j’inclus dans mon analyse tous les animaux blessés dans l’agriculture à grande échelle, y compris les invertébrés et pas seulement les grands mammifères, je dois en conclure que la culture du champ de maïs est la plus meurtrière de toutes.

C’est pourquoi, en vérité, un kilo de bœuf de pâturage représente moins de souffrances par habitant qu’un kilo de maïs.

Nous examinons tous, le problème de la moralité alimentaire sous un mauvais angle.

Nous pensons : « J’ai besoin d’un cadre moral sur lequel m’appuyer et me proclamer fièrement tel ou tel autre pour me sentir une bonne personne ». Au lieu de me concentrer sur ce terrain hautement moral, je voudrais encourager tout le monde à accepter le fait que la vie se nourrit de la vie, et examiner les différences réelles et importantes entre l’agriculture régénérative et l’agriculture chimique basée sur les OGM, qui domine maintenant le paysage sans opposition. Nous devons commencer le processus de guérison de la terre en adoptant des pratiques de régénération, en cultivant l’esprit de respect, en reconnaissant l’énergie vitale qui réside dans tout ce que nous mangeons.

Nous devons respecter l’énergie vitale (souffle, sang, sève et cellules) dans tout ce que nous consommons, de l’arbre que nous utilisons comme bois de chauffage au pétrole que nous utilisons pour alimenter notre voiture, mais aussi l’énergie solaire capturée par les plantes vivaces.

Nous exploitons l’énergie de la vie sans fin, jour après jour, de différentes façons, notamment en conduisant nos voitures sur des routes goudronnées et en allumant nos téléphones en plastique pour surfer sur Internet, le tout alimenté par le sang noir des arbres morts, écrasé par le poids du millénaire, seulement pour alimenter notre nouveau mode de vie.

Le véganisme est une idée louable, mais pour certains, il ne fournit qu’un cadre pour la supériorité morale. Cultiver un complexe de sauveurs est le résultat naturel de toute cause idéologique. La vie est alors vue à travers un cadre qui exclut tout ce qui ne correspond pas à son idéologie limitée. Et la réalité est que nous consommons tous, l’énergie de la vie, sans fin, afin de vivre notre vie quotidienne.

Les aliments les moins nocifs à manger proviennent des plantes vivaces et des animaux qui les mangent. La synergie des vaches et de l’herbe peut difficilement être battue en tant que système idéal.

Si l’objectif principal du véganisme est de réduire les souffrances, beaucoup d’entre nous sommes végétaliens, et un régime alimentaire composé principalement de bœuf et de produits laitiers, ainsi que d’œufs de volaille et de produits à base de plantes vivaces, est le régime le plus végétalien auquel je peux penser. Un régime alimentaire à base d’herbe qui n’est jamais labourée, sans déranger les vers, sans rongeur coupé en deux, permet à la nature de croître et de prospérer sans nos pales, machines et produits chimiques agricoles de l’agriculture cyclique.

Nous devons examiner notre relation à la terre et à l’énergie vitale qu’elle contient. Au début des années 1900, les agriculteurs savaient que pour maintenir les terres en bon état, en bonne santé et productives, ils devaient laisser leurs champs en jachère. L’idée qu’un lopin de terre ne vaut rien s’il est sauvage et libre n’est répandue dans notre société, et l’idée qu’il soit permis de laisser les terres en jachère est un anathème.

Dans notre société moderne, nous estimons que tout doit être aussi productif que possible. Cela épuise, notre terre, notre faune, nos mers et notre air.

Mais la partie amusante du terme jachère est que cela ne signifie pas que la terre se repose, ne fait rien. Non, cela veut dire que l’agriculteur ne force pas la terre à la productivité avec outil de labour, un moteur ou un produit chimique. Lorsqu’elle est autorisée à se replier sur elle-même, la terre elle-même déborde de vie sauvage et d’énergie au-delà de ce qui est possible avec une agriculture cyclique. Les histoires de vie d’un million de créatures se déroulent et contribuent à la régénération d’une parcelle de terre en jachère, d’un espace sauvage, d’une petite partie de la planète Terre.

Tout comme cette sensation de joie ressentie lorsque nous quittons ce travail toxique, il en va de même pour la terre, la faune, la mer et notre air lorsque nous arrêtons d’exploiter les ressources naturelles du monde pour notre faim, sans fin. En état de jachère, nous commençons tous à nous régénérer.

Notre formulation actuelle du problème de la production alimentaire est la suivante : les agriculteurs doivent utiliser l’agriculture cyclique autant que possible pour nourrir la population. La plupart des agriculteurs sont en mode « tout ou rien ». Ils ne pensent pas qu’ils peuvent passer 10 ans pour concevoir consciemment une agriculture pérenne basée sur les animaux, car ils ont besoin d’argent rapidement.

Donc, ce qui est vraiment anti-végélarien, ce qui nuit vraiment aux animaux, c’est cette idée : nous devons produire des récoltes annuelles sur chaque centimètre carré de terre, créant ainsi un cimetière animalier sur 17 % des terres afin de nourrir notre faim sans fin.

Nous en arrivons au point critique, je ne pense pas que la majorité des habitants de la planète comprennent vraiment ce qu’il faut pour cultiver notre propre nourriture. Cette déconnexion s’observe dans les centres urbains du monde entier, où les gens font mille choix en essayant de faire de leur mieux avec la panoplie de produits agricoles annuels disponibles, sans penser à la variété d’aliments entiers à base vivace qui peuplent les étagères de supermarché.

La nourriture bon marché tue notre lien avec le paysage.

Plus de gens sur la planète, signifie plus de ressources extraites de la terre, que nous soyons végétaliens ou non. Les pays producteurs d’avocat se sentent sous pression par exemple en raison de la forte demande de guacamole par les Américains. Des hectares de forêt tropicale sont détruits au bulldozer pour planter plus d’avocatiers. La demande est si forte que le Mexique, qui produit environ la moitié de l’offre mondiale, songe à importer des avocats, alors qu’un Mexicain moyen n’a même pas les moyens de les acheter.

Les agriculteurs mexicains coupent des forêts de pins afin de cultiver cette culture lucrative et pourraient menacer l’habitat des papillons monarques.

Tout cela pour dire, qu’avoir votre gâteau végétalien au chocolat et à l’avocat n’est pas aussi inoffensif que vous le pensez.

Si nous procédions réellement à un audit de la mort et de la destruction que nos modes de vie infligent au monde naturel, nous serions tous surpris. Chaque jour, nous laissons une trace de dévastation, car chaque vie consume la vie pour prospérer – c’est la voie naturelle des choses, autant que je sache. Votre chandail à capuchon en polaire en plastique, est-il si innocent et votre déjeuner de légumes-racines est-il si doux pour la Terre ?

Tous les légumes-racines doivent être plantés dans un sol labouré – combien de morts ont eu lieu lors du labour du sol ? Du désherbage ? De la culture ? Enfin, tous les légumes-racines doivent être arrachés et la terre préparée pour la récolte des prochaines années.

Lorsque vous lavez vos vêtements dans votre lave-linge, des microbilles de plastique pénètrent dans votre flux de déchets, puis dans les rivières et dans la mer, causant de graves problèmes de santé pour la vie marine.

Ce qui est important en ce moment, c’est de nous concentrer sur les perspectives de notre société : nous ne respectons pas la force de la vie.

L’homme moderne ne respecte tout simplement pas la vie qui réside en toutes choses, et consomme consciemment et délibérément beaucoup trop d’énergie jusqu’à ce que la nature, la planète, soit complètement déséquilibrée.

La planète va récupérer d’une manière ou d’une autre. Mais le processus de guérison pourrait ne pas nous inclure si nous ne choisissons pas de vivre plus consciemment.

Et je ne pense certainement pas que cela signifie devenir végétalien.

La signification de cela est qu’il faut cultiver une vraie relation avec notre nourriture, d’une part. Manger sur place aura toujours préséance sur les jeux de moralité alimentaire. Lorsque nous mangeons localement, nous établissons une relation avec la nourriture que nous mettons dans notre bouche tous les jours. Cette relation est comme toute autre relation, elle a besoin de travail et de soins.

Comme Michael Pollanle préconise, évitez tous les aliments malsains au supermarché, toutes les sottises emballées à base de maïs à 90 %. Les aliments à base de maïs sont les aliments les moins végétaliens que vous puissiez acheter. Ils contiennent les souffrances les plus externalisées de tous les groupes d’aliments que je peux imaginer, à l’exception du sucre, l’autre ingrédient principal de la plupart des aliments emballés.

Au lieu de n’importe quel produit emballé, faites provision de viandes, de légumes, de produits laitiers, d’œufs et de tous les autres aliments entiers. Commencez simplement par là. Recherchez ensuite les agriculteurs de votre région et achetez directement des aliments complets. Cultivez de vraies relations, d’une manière ou d’une autre.

C’est la seule façon de commencer le vrai processus de guérison.

Nous pouvons réduire les souffrances de la planète en nouant consciemment une relation avec la terre, les gens qui vivent sur la terre, les plantes et les animaux que nous consommons.

——

Merci à Drew French pour cet article très réfléchi. Je suis entièrement d’accord avec beaucoup de ses points. Dans mes débats avec les végétaliens, je donne souvent des dizaines d’exemples d’agriculture que les végétaliens soutiennent en général, qui ENDOMMAGENT notre environnement, dégradent les sols et les ressources en eau, et tuent encore beaucoup de vies.

Par ailleurs, l’un des rares types d’agriculture qui AMÉLIORE réellement notre environnement et nos écosystèmes est l’élevage d’animaux véritablement élevés au pâturage dans le cadre d’une agriculture régénérative.

En ce qui concerne les aspects sanitaires liés au véganisme, voici un article à ne pas manquer :

3 raisons pour lesquelles les végétaliens et les végétariens vieillissent plus vite

S’il vous plaît, soutenez l’agriculture régénérative qui protège nos sols et nos ressources en eau, en choisissant des viandes nourries à l’herbe et finies à l’herbe. Vous faites BEAUCOUP plus pour protéger notre environnement en agissant de la sorte que de manger végétalien ou végétarien, tout en étant en meilleure santé en même temps, car manger végétalien détruit la santé des gens.

 

A propos Détective Nutrition

Mike Geary est spécialiste en nutrition certifié et entraîneur personnel certifié depuis plus de 15 ans. Il étudie la nutrition et l'entraînement depuis près de 25 ans, depuis qu'il est jeune adolescent. Mike est originaire de Pennsylvanie, mais amoureux de la montagne il réside maintenant dans l'Utah. Mike est un passionné d'aventure et quand il ne passe pas son temps à faire du ski, du VTT, de la randonnée ou du paddleboard sur le lac, il apprécie le parachutisme, le rafting, le pilotage d'un avion de chasse italien (sérieux), la plongée sous-marine, de l'héli-ski et Voyager à travers le monde tout en appréciant l'apprentissage de différentes cultures. À l'âge de 40 ans, Mike se sent maintenant plus sain, plus fort et plus énergique qu'à l'âge de 20 ans... Tout cela en raison d'un mode de vie sain et d'une excellente nutrition !

Vérifier également

La vérité sur le Candida

par Cat Ebeling — coauteur de best-sellers : La Cuisine Brûleuse de Graisses,~ Le Top 101 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez-nous svp à quelle adresse email vous l’envoyer :

Nous détestons les SPAM et promettons de garder votre email en sureté.