vendredi , 10 avril 2020
Accueil / Anti-âge / Pourquoi un test thyroïdien standard n’est peut-être pas la solution

Pourquoi un test thyroïdien standard n’est peut-être pas la solution

par Cat Ebeling — coauteur de best-sellers : La Cuisine Brûleuse de Graisses,~ Le Top 101 des aliments qui combattent le vieillissement ~ Stoppez votre Diabète ~ La Vérité sur la Testostérone (*nouveau !!!)

Vous êtes fatigué(e) – au-delà de ce qu’une bonne nuit de sommeil pourrait régler, vous manquez d’énergie, vous avez pris du poids, vous ne vous sentez pas frais la plupart du temps, vous pouvez même être légèrement déprimé. Vous n’avez même pas l’énergie nécessaire pour suivre un programme de condition physique.

Comme vous attrapez tous les rhumes et toutes les grippes qui circulent, vous finissez par aller voir votre médecin qui vous fait des analyses sanguines. Le médecin vérifie votre thyroïde, et vous dit : « votre TSH est normale, donc votre thyroïde va bien ». Il vous renvoie chez vous avec des vitamines, vous dit de prendre une bonne nuit de sommeil ou pire encore, il vous dit que tout est dans votre tête, et vous propose un antidépresseur.

Retour à la case départ ? Pourquoi vous sentez-vous fatigué(e) tout le temps ? Même si votre médecin vous dit que votre thyroïde est « normale », elle ne l’est peut-être pas. Malheureusement, la plupart des médecins ne font qu’un test standard pour le dysfonctionnement de la thyroïde, le test de la TSH. TSH signifie Thyroid Stimulating Hormone.

Environ 30 millions de personnes souffrent de troubles thyroïdiens. Plus de la moitié d’entre eux (60 %) ne savent pas que leur mauvais état de santé et leur manque d’énergie sont liés à des problèmes thyroïdiens. Une femme sur huit développera un trouble thyroïdien à un moment donné de sa vie, et le nombre de personnes souffrant d’un dysfonctionnement thyroïdien augmente chaque année. Selon certaines études, jusqu’à 10 % des femmes de plus de 60 ans souffrent d’hypothyroïdie diagnostiquée ou non diagnostiquée.

L’hypothyroïdie, le trouble thyroïdien le plus courant, se caractérise par une pensée brumeuse, la dépression, la prise de poids, la constipation, la peau sèche, la perte de cheveux, une intolérance au froid, une voix rauque, des problèmes menstruels, l’infertilité, une raideur musculaire et des douleurs, et autres symptômes.

Si vous considérez que chaque cellule de votre corps a des récepteurs de l’hormone thyroïdienne, alors il est facile de comprendre que la glande thyroïde gouverne tous les principaux systèmes du corps. L’hormone thyroïdienne est étroitement liée à la fonction cérébrale, au tractus gastro-intestinal, au système cardiovasculaire, au métabolisme osseux, à la production et la croissance des globules rouges, à la fonction vésicale et hépatique, à la production hormonale, au contrôle glycémique, au métabolisme du cholestérol, au métabolisme des nutriments, et à la régulation thermique.

La thyroïde est l’accélérateur essentiel d’un moteur sophistiqué. Si cet accélérateur ne fonctionne pas correctement, le moteur est bloqué et va soit trop lentement, soit trop vite.

Comment cela se produit-il ?

La physiologie de la thyroïde est complexe. La plupart des médecins conventionnels n’utilisent qu’un test standard de la fonction thyroïdienne qui ne comprend que la TSH et la T4. Mais ce test standard ne détecte malheureusement qu’un faible pourcentage de troubles thyroïdiens.

Normalement, lorsque l’organisme ne peut pas fournir suffisamment d’hormones thyroïdiennes utilisables pour fonctionner correctement, l’hormone thyroïdienne stimulante (TSH) augmente pour amener la thyroïde à produire plus d’hormones thyroïdiennes. Beaucoup de problèmes thyroïdiens, cependant, existent même si la TSH se révèle « normale ». C’est plus courant que vous ne le pensez.

Qu’est-ce qui est considéré comme « normal » lors d’un test thyroïdien ? Les valeurs « normales » varient d’un laboratoire à l’autre et de l’interprétation d’un médecin à l’autre. Les échelles de laboratoire ne sont pas fondées sur des recherches qui nous indiquent une véritable échelle optimale, mais sur une courbe en cloche des valeurs obtenues auprès de personnes qui viennent au laboratoire pour subir des tests, dont beaucoup peuvent avoir des problèmes thyroïdiens. C’est donc le point de départ de diagnostics (erronées) des pathologies de la thyroïde. Ils ne sont tout simplement pas examinés de manière optimale dans un contexte de laboratoire.

Cela nous amène à un autre problème avec le test thyroïdien standard de la TSH.

De nombreux médecins considèrent que le taux de TSH (thyroid stimulating hormone) est le maître étalon pour le diagnostic des problèmes thyroïdiens. Ce test est généralement effectué chaque année dans le cadre de votre examen médical de routine. Le problème avec ce seul test, c’est qu’il apparaîtra souvent dans la plage normale, malgré les problèmes thyroïdiens, qu’il ne décèle pas. En vérité, l’examen des niveaux de TSH n’est que le sommet de l’iceberg lorsqu’il s’agit de diagnostiquer les problèmes thyroïdiens.

Votre corps crée deux hormones thyroïdiennes primaires — T3 et T4. Environ 94 % de l’hormone fabriquée dans la glande thyroïde est la T4. Les 6 % restants sont des T3, dont le nom provient des trois molécules d’iode dont elle est composée.

Votre corps convertit l’hormone T4 en forme active de l’hormone thyroïdienne T3. Si votre corps n’est pas bon à cette conversion, (ce qui arrive assez souvent) votre TSH apparaîtra toujours comme normale, même si vous avez de faibles taux de T3. Beaucoup de gens sont de mauvais convertisseurs de T4, ce qui signifie qu’ils peuvent avoir assez de T4 dans leur corps, mais qu’ils ne convertissent pas la T4 en T3 assez bien pour fonctionner correctement. Lorsque cela se produit, vous pouvez présenter tous les symptômes d’une hypothyroïdie avec un résultat de test de TSH normal.

Il est nécessaire d’effectuer un test thyroïdien plus approfondi appelé « panneau thyroïdien complet » qui examinera les niveaux T3 et T4 et d’autres composantes essentielles de la fonction thyroïdienne.

Qu’est-ce qui cause le dysfonctionnement de la thyroïde ?

Il est intéressant de noter que le foie et l’intestin sont les principaux sites de conversion de T4 en T3 – et les endroits où une rupture dans ce processus de conversion peut survenir. (Commencez-vous à voir à quel point votre santé intestinale est importante pour votre santé globale ?)

Votre foie métabolise vos hormones, filtre les toxines et nettoie le système sanguin. Bon nombre des déchets du foie sont envoyés à la vésicule biliaire ou au système digestif pour être éliminés.

Puisque la fonction thyroïdienne a un impact sur tout le corps, lorsqu’elle est faible, tout est RALENTI, y compris le foie, la vésicule biliaire et le système digestif. Un foie embourbé dans des boues toxiques ne peut pas très bien convertir la T4 en T3, il est tellement facile de voir comment cela devient un cercle vicieux.

Ce qui nous amène aux très importantes bactéries intestinales. Nos intestins aident à convertir au moins 20 % ou plus de T4 en T3, mais cela nécessite des bactéries intestinales saines. Parmi beaucoup d’autres choses, y compris avoir un effet sur le bon fonctionnement immunitaire, la création de sérotonine (pour une bonne humeur) et aider à la digestion. L’intestin aide également à convertir la T4.

Une mauvaise alimentation crée une surabondance de mauvaises bactéries et une prolifération de levures. Lorsqu’il n’y a pas suffisamment de bactéries bénéfiques appropriées, l’organisme ne peut pas bien traiter la conversion T4-T3.

Parmi les autres facteurs qui entravent la conversion thyroïdienne dans l’intestin, mentionnons l’utilisation d’antibiotiques, l’inflammation causée par le gluten, d’autres allergies alimentaires, et certains médicaments – tous conduisant à une T3 inadéquate.

Si vous souffrez de la maladie cœliaque ou d’une sensibilité au gluten, il est très probable que vous aurez des problèmes thyroïdiens, car les deux maladies ont tendance à aller de pair.

Le cortisol, l’hormone du stress, peut aussi diminuer davantage les niveaux de T3 actifs. Un faible taux de sérotonine (dont 90 % sont créés dans l’intestin) et un faible taux de dopamine, deux neurotransmetteurs cérébraux essentiels, peuvent causer des problèmes thyroïdiens.

Les carences en nutriments peuvent entraîner des problèmes de thyroïde. L’iode, le sélénium et le zinc sont essentiels au bon fonctionnement de la thyroïde, de sorte que les carences en ces minéraux peuvent causer des troubles thyroïdiens.

Il est donc facile de voir qu’il y a plusieurs raisons pour lesquelles une mauvaise alimentation, riche en amidons transformés, en sucres et en additifs, peut non seulement causer la dysbiose intestinale (prolifération de mauvaises bactéries), mais aussi entraîner des carences en nutriments, ouvrant ainsi la porte au dysfonctionnement thyroïdien.

Les problèmes thyroïdiens ont également tendance à se produire dans les familles, donc si vous votre grand-mère ou votre mère a eu des problèmes thyroïdiens, il est facile de supposer que vous pouvez aussi en souffrir, à un moment donné de votre vie.

Les troubles thyroïdiens peuvent avoir un impact négatif sur presque tous les systèmes de l’organisme.

Puisqu’elles régissent votre métabolisme, les hormones thyroïdiennes peuvent vous faire perdre ou prendre beaucoup de poids, affecter votre sommeil, votre humeur, votre énergie, votre appétit, votre digestion, la vitesse à laquelle vos cheveux et vos ongles poussent, la façon dont votre corps guérit bien et la façon dont vous combattez les infections. Une thyroïde élevée ou basse a également un grand effet sur les émotions et la capacité mentale, causant soit l’anxiété et la nervosité, soit la dépression et le brouillard cérébral.

Le dysfonctionnement de la thyroïde se divise en deux grandes catégories : L’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie. L’hypothyroïdie est le type de dysfonctionnement le plus courant et touche principalement les femmes (mais les hommes peuvent aussi être touchés) à tout âge. L’hypothyroïdie est souvent liée à une maladie auto-immune appelée thyroïdite de Hashimoto.

L’hyperthyroïdie est un état dans lequel la glande thyroïde devient hyperactive et produit une quantité excessive d’hormones thyroïdiennes. Lorsque la glande thyroïde est hyperactive, toutes les fonctions du corps sont accélérées, ce qui provoque de la nervosité, de l’anxiété, des battements cardiaques rapides, des tremblements des mains, de la transpiration, une perte de poids et d’autres symptômes.

La cause la plus fréquente de l’hyperthyroïdie est la maladie auto-immune de Graves. Ce type de trouble thyroïdien entraîne la production d’un anticorps par l’organisme, ce qui entraîne la dérégulation de la glande thyroïde. La maladie de Graves, a tendance à se manifester dans les familles et est plus fréquente chez les femmes.

L’hyperthyroïdie peut être causée par des nodules dans la glande thyroïde qui provoquent une production excessive d’hormones thyroïdiennes. De plus, une inflammation de la glande thyroïde – appelée thyroïdite – résultant d’un virus ou d’un problème du système immunitaire, peut causer temporairement des symptômes d’hyperthyroïdie.

Vous pouvez aussi avoir des niveaux fluctuants d’hyperthyroïdie et d’hypoactivité de la thyroïde.

Signes et symptômes de l’hypothyroïdie :

  • Fatigue qui ne disparaît pas avec une bonne nuit de sommeil
  • Léthargie, pas de motivation à l’exercice
  • Dépression et/ou sautes d’humeur
  • Avoir froid tout le temps
  • Taux de cholestérol élevé, en particulier le cholestérol LDL
  • Cheveux et peau secs
  • Cheveux et ongles à croissance lente
  • Brouillard cérébral, troubles de la concentration et de la mémoire
  • Voix rauque
  • Gain de poids inexplicable
  • Constipation, ballonnements et autres problèmes digestifs
  • Faiblesse musculaire
  • Système immunitaire faible
  • Règles abondantes, syndrome prémenstruel et infertilité
  • Calculs biliaires
  • Anémie

Signes et symptômes d’hyperthyroïdie :

  • Nervosité et anxiété
  • Insomnie
  • Fréquence cardiaque élevée, respiration rapide
  • Des yeux qui semblent bombés
  • Perte de poids inexpliquée
  • Transpiration excessive
  • Faiblesse musculaire
  • Nombreuses selles tout au long de la journée
  • Cheveux fins et cassants
  • Règles menstruelles légères ou absentes

Les deux principaux types de problèmes thyroïdiens, l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie, se situent aux extrémités opposées du spectre et leur traitement est très différent. Dans un cas, nous voulons plus d’hormones thyroïdiennes, et dans l’autre cas, vous avez besoin de moins d’hormones thyroïdiennes.

Les options de traitement diffèrent selon le trouble particulier de chaque patient et les particularités du cas. Voici comment les problèmes thyroïdiens sont habituellement traités par la médecine conventionnelle.

  • Pour l’hypothyroïdie, le traitement courant chez un médecin conventionnel est de vous donner de la thyroxine synthétique ou de la T4. Le problème avec ce traitement est que si votre corps ne convertit pas bien la T4 en T3, peu importe la quantité supplémentaire de T4 ou de thyroxine que vous recevez.

Si le médecin a fait un bilan thyroïdien et constate que vous manquez de T3, il peut vous prescrire une combinaison de la version synthétique de T4 et de T3. Les patients qui ne convertissent pas bien la T4 en T3 réussissent mieux avec des hormones d’origine naturelle comme l’Armour Thyroid parce qu’il contient à la fois de la T4 et de la T3 dans le bon rapport.

  • Pour l’hyperthyroïdie, le traitement médical conventionnel le plus courant est l’iode radioactif, les médicaments antithyroïdiens ou la chirurgie qui enlève une grande partie de la glande thyroïde réelle.

Tous ces traitements peuvent avoir beaucoup d’effets secondaires et peuvent ne pas être entièrement efficaces. Entre-temps, toute votre vie peut être affectée par des troubles thyroïdiens, il est donc essentiel d’aller au fond des choses.

Traitements naturels de la thyroïde

1. Suppléments pour stimuler la fonction thyroïdienne

Iode et sélénium – Ces minéraux sont essentiels au bon fonctionnement de la thyroïde, que vous ayez des problèmes d’hyper ou d’hypothyroïdie. La plupart des personnes ayant une hypothyroïdie ont une carence en iode et, dans le monde entier, c’est la première cause d’hypothyroïdie.

Bien que les aliments riches en iode soient abondants, ils ne font pas partie d’un régime standard. Les algues comme le dulse, le varech et le nori sont l’une des sources les plus riches d’iode, avec des poissons sauvages comme le thon, la morue, les crevettes, les produits laitiers crus et les œufs.

Bien que vous puissiez acheter du sel enrichi en iode, cela peut en fait avoir un résultat inattendu. Dans les pays où l’iode a été ajouté au sel de table, les taux de maladies thyroïdiennes auto-immunes ont en fait augmenté. La clé pour ajouter de l’iode à l’alimentation est de l’équilibrer avec du sélénium, car la combinaison de nutriments aidera la fonction thyroïdienne.

Le sélénium est l’un des minéraux les plus importants pour une thyroïde saine et aide à équilibrer les niveaux d’hormones T4, tout en aidant à convertir la T4 en T3. Pour obtenir plus de sélénium, ajoutez des aliments qui sont de bonnes sources comme les noix du Brésil, les épinards, l’albacore ou le flétan, les sardines en conserve, le bœuf nourri à l’herbe, la dinde et le foie de bœuf. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque, d’une sensibilité au gluten ou d’autres troubles auto-immunes sont les plus déficientes en sélénium, dans ce cas un supplément peut être nécessaire pour obtenir les quantités nécessaires.

Zinc – Un catalyseur pour de nombreuses voies différentes dans le corps et essentiel pour la santé digestive et pour convertir la T4 en T3. Il est également précieux pour la fonction immunitaire, la guérison des tissus (internes et externes) et la production de TSH.

Le zinc est très utile pour guérir et resserrer les jonctions intestinales dans l’intestin qui contribuent à la perméabilité intestinale, ou « intestin qui fuit ». Pour cette raison, l’augmentation de vos niveaux de zinc peut aider à réduire vos symptômes et même à vous conduire vers une rémission !

Les vitamines B sont également très importantes pour la santé thyroïdienne, surtout si vous êtes végétalien. Bien que la vitamine B12 soit la vitamine B principale qui joue un rôle dans la santé de la thyroïde, il est important de prendre des vitamines B qui existent dans un multi-vitamines B équilibré, car les vitamines B fonctionnent mieux dans le bon équilibre les unes avec les autres.

L’une des carences en nutriments à laquelle les personnes atteintes de la maladie thyroïdienne auto-immune de Hashimoto sont particulièrement sujettes, est une carence en vitamines B12. En fait, dans les études, les personnes atteintes de Hashimoto ont rapporté une carence en cette vitamine importante, et 76 % ont dit qu’elles se sentaient mieux après avoir pris un supplément de B12.

Les meilleures sources de B12 et de zinc sont les protéines animales comme le bœuf, la dinde, les œufs, etc. Les pois verts, les asperges, les pois chiches, le cacao, les choux de Bruxelles, les graines de sésame, les graines de lin, les noix et les champignons ne sont pas aussi bien absorbés que la B12 d’origine animale. Remarque : si vous prenez un supplément de B12, prenez un supplément multi-B car les vitamines B fonctionnent mieux dans le bon équilibre.

Enfin, d’autres carences nutritionnelles jouent également un rôle dans le dysfonctionnement thyroïdien. Il s’agit notamment de carences en vitamine D, en acides gras oméga-3, en vitamine A et en vitamine E. Assurez-vous donc de prendre des suppléments sous forme de ces nutriments de haute qualité, ainsi que de manger beaucoup de poisson sauvage pêché, de viande d’herbe et de légumes colorés dans votre alimentation. N‘oubliez pas de prendre le soleil !

2. Gérez votre stress

Le stress physique et émotionnel peut élever l’hormone cortisol et mettre votre corps dans un état chronique de « combat ou de fuite ». Le cortisol a des effets négatifs sur votre corps à long terme, comme l’augmentation de la tension artérielle et du pouls, et la création de niveaux élevés de protéines inflammatoires qui suppriment la fonction immunitaire et endommagent la glande thyroïde et les surrénales. Les changements hormonaux dans le corps affectent aussi la libido, les problèmes de fertilité, les sautes d’humeur et plus encore.

La gestion du stress est délicate si vous ne pouvez pas en éliminer la cause. Vous pouvez cependant faire beaucoup de choses qui aident à atténuer les effets du stress, y compris un bon sommeil réparateur de huit heures, de la méditation, des exercices vigoureux et du temps pour vous détendre avec vos amis et votre famille.

3. Réduire les toxines et l’inflammation

Les toxines chimiques, y compris les médicaments, les pilules contraceptives, les produits de beauté commerciaux, la fumée de cigarette et les produits d’entretien ménager, peuvent tous contribuer à l’inflammation, surtout dans l’intestin, affectant la conversion T3-T4.

De nombreux produits d’entretien ménager et produits de beauté peuvent contenir des produits chimiques très toxiques et non réglementés, qui peuvent faire des ravages sur le corps. Ces toxines s’échappent par le système digestif et contribuent aux processus inflammatoires de l’organisme, affectant la fonction thyroïdienne.

Les autres toxines inflammatoires comprennent la pollution de l’air, l’eau du robinet non filtrée, les bouteilles en plastique, les pesticides sur les fruits et légumes, la viande élevée de façon conventionnelle et le blé, le maïs, l’avoine et le soja cultivés de façon conventionnelle (pulvérisés avec l’herbicide glyphosate, qui nuit aux bactéries intestinales). Ces toxines agissent comme perturbateurs hormonaux ou endocriniens et interfèrent avec le métabolisme et le fonctionnement des hormones thyroïdiennes.

L’inflammation chronique de l’intestin est très fréquente, la plus fréquente étant l’inflammation liée au gluten dans le blé, l’orge, le seigle et l’épeautre. Le gluten est un allergène très courant qui touche au moins 10 à 20 % de la population. Même si vous n’avez aucun signe d’intolérance au gluten, elle est si étroitement associée aux problèmes thyroïdiens qu’il est sage d’éliminer complètement le gluten de votre alimentation.

Points clé pour résoudre vos problèmes thyroïdiens

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un remède immédiat, vous pouvez prendre les mesures suivantes si vous avez éprouvé l’un ou l’autre des symptômes susmentionnés pour des problèmes d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie, et régler le problème et non les symptômes.

  • La glande thyroïde est le thermostat du corps, régulant toutes les fonctions du corps. Les problèmes thyroïdiens affectent le poids, l’appétit, l’humeur, la fertilité, la digestion, le niveau d’énergie et la libido.
  • L’hypothyroïdie est assez fréquente, surtout chez les femmes, et est souvent non diagnostiquée.
  • Demandez un bilan thyroïdien complet si vous présentez des symptômes d’hyper ou d’hypothyroïdie.
  • Si vous souffrez de la maladie cœliaque ou de sensibilité au gluten, vous pouvez être presque certain d’avoir aussi un problème thyroïdien. La maladie cœliaque peut passer inaperçue, aussi faites un test complet du panel cœliaque. Et n’oubliez pas de demander à votre médecin un examen complet de la thyroïde.
  • Parmi les autres problèmes de santé concomitants liés aux problèmes thyroïdiens, mentionnons l’anémie, l’hypercholestérolémie, la dépression, les menstruations abondantes et l’infertilité. Si votre médecin diagnostique l’un ou l’autre de ces troubles, vous devriez également demander un bilan thyroïdien complet.
  • Optimisez votre nutrition en modifiant votre alimentation et en prenant des suppléments de nutriments essentiels. Arrêtez les aliments transformés, sucrés, féculents et les aliments élevés de façon conventionnelle.
  • Minimisez le stress en faisant de l’exercice et en méditant.
  • Si vous avez besoin d’un supplément thyroïdien, demandez un substitut hormonal naturel bio-identique qui contient à la fois de la T3 et de la T4, comme Armour thyroid.

Une fois que vous vous serez remis sur la bonne voie et que vos hormones thyroïdes sont dans les limites optimales, vous vous sentirez vraiment comme une nouvelle personne !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références

https://draxe.com/thyroid-problems/

https://www.scientificamerican.com/article/pesticide-use-thyroid-disease/

https://www.health.com/health/gallery/0,,20723100,00.html?slide=103830#103830

 

A propos Détective Nutrition

Mike Geary est spécialiste en nutrition certifié et entraîneur personnel certifié depuis plus de 15 ans. Il étudie la nutrition et l'entraînement depuis près de 25 ans, depuis qu'il est jeune adolescent. Mike est originaire de Pennsylvanie, mais amoureux de la montagne il réside maintenant dans l'Utah. Mike est un passionné d'aventure et quand il ne passe pas son temps à faire du ski, du VTT, de la randonnée ou du paddleboard sur le lac, il apprécie le parachutisme, le rafting, le pilotage d'un avion de chasse italien (sérieux), la plongée sous-marine, de l'héli-ski et Voyager à travers le monde tout en appréciant l'apprentissage de différentes cultures. À l'âge de 40 ans, Mike se sent maintenant plus sain, plus fort et plus énergique qu'à l'âge de 20 ans... Tout cela en raison d'un mode de vie sain et d'une excellente nutrition !

Vérifier également

La vérité sur le Candida

par Cat Ebeling — coauteur de best-sellers : La Cuisine Brûleuse de Graisses,~ Le Top 101 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez-nous svp à quelle adresse email vous l’envoyer :

Nous détestons les SPAM et promettons de garder votre email en sureté.