vendredi , 30 juillet 2021
Accueil / Anti-âge / Ce type d’huile peut causer le cancer, des maladies cardiaques, l’obésité et le diabète

Ce type d’huile peut causer le cancer, des maladies cardiaques, l’obésité et le diabète

par Cat Ebeling — coauteur de best-sellers : La Cuisine Brûleuse de Graisses,~ Le Top 101 des aliments qui combattent le vieillissement ~ Stoppez votre Diabète ~ La Vérité sur la Testostérone (*nouveau !!!)

Dans les années 60 et 70, il y avait une nouvelle soi-disant révolution appelée « santé » qui disait que les « graisses saturées » devraient être rayées de la liste des aliments que nous devrions manger. Les steaks et les hamburgers étaient diabolisés, et pour lutter contre les maladies cardiaques, on nous a dit d’éviter toutes les graisses animales, ou « graisses saturées » et de n’utiliser que des huiles végétales comme Crisco, l’huile de soja, l’huile de canola, l’huile de maïs, l’huile de tournesol et les huiles de coton.

Tout le monde a commencé à utiliser de la margarine, à base d’huiles de graines partiellement hydrogénées, et de l’huile végétale pour la cuisson, la friture, la pâtisserie, etc. Et il y avait Crisco : une merveille pour la pâtisserie ! Je me souviens même que les médecins disaient aux patients qui avaient eu une crise cardiaque d’éviter toutes les graisses saturées, la viande rouge, les œufs, le beurre ; de ne manger que du poulet et du poisson, des huiles végétales et de la margarine. Les aliments et les huiles de cuisson à base végétale ont été annoncés comme « saines pour le cœur ». Y compris Crisco.

Mais maintenant, tout a changé. De nombreux experts de la santé découvrent que les huiles végétales sont bien pires pour nous que le sucre et les céréales. Les huiles de graines végétales sont considérées comme l’une des principales causes profondes de nombreuses maladies dégénératives inflammatoires, notamment les maladies cardiaques, la maladie d’Alzheimer, le diabète et même le cancer.

« Je me demande combien de personnes qui ont suivi le conseil erroné de manger des semences de légumes sont mortes trop tôt. Ce changement alimentaire a probablement tué des millions de personnes prématurément et continue de le faire parce que la plupart des gens ne comprennent tout simplement pas ce concept ou adhèrent aveuglément au paradigme médical traditionnel.

Cependant, il existe un énorme décalage entre ce que la science de la nutrition a découvert et ce que les directives alimentaires officielles nous disent de faire. Les nutritionnistes affirment que les huiles végétales, qui sont du type des acides gras oméga 6, sont extrêmement toxiques car elles sont liées à de nombreuses maladies chroniques. Pendant ce temps, le gouvernement et la FDA nous disent que la consommation de ces huiles est saine.

De nombreuses personnes – y compris de nombreux experts en santé – considèrent que les acides gras oméga 6 sont des « graisses essentielles » et nécessaires dans notre alimentation. Le fait est que les acides gras oméga 6, qui sont des acides gras polyinsaturés ou AGPI, sont principalement constitués d’acide linoléique, qui est en fait très nocif pour notre santé.

Maintenant, continuez à me suivre – bien que ce soit un peu compliqué, les informations suivantes sont quelque chose que je vous recommande fortement de lire jusqu’au bout. Votre vie et votre santé sont en jeu et il est important de comprendre ces informations sur les huiles de graines végétales.

Les acides gras oméga 6 ont augmenté dans l’alimentation humaine, passant d’environ 2 à 3 grammes par jour, il y a 150 ans, à plus de 30 à 40 grammes par jour aujourd’hui. Les acides gras oméga 6 représentent désormais près de 20 % de notre alimentation.

Cette énorme augmentation des acides gras oméga 6, combinée aux produits finaux toxiques de ces graisses, cause des dommages que de nombreux scientifiques considèrent maintenant comme l’une des principales causes de l’augmentation massive des maladies chroniques, notamment l’obésité, le diabète, les maladies cardiaques et le cancer.

En réduisant simplement votre apport en oméga 6 à ce que vos arrière-arrière-grands-parents avaient l’habitude de manger, vous pourriez être en mesure d’éliminer la plupart des maladies chroniques qui nous tuent prématurément.

Nous avions l’habitude de croire à tort que c’était le rapport des acides gras oméga 6 aux acides gras oméga 3 (les anti-inflammatoires présents dans les poissons et les viandes de pâturage) qui était sain ou malsain. On pensait que vous pouviez simplement manger plus d’acides gras oméga 3 pour « équilibrer » les acides gras oméga 6, mais nous en arrivons maintenant à la conclusion, grâce à la recherche scientifique, qu’il s’agit de la consommation totale d’acides gras oméga 6, quel que soit le rapport – qui nuit à notre santé.

On a beaucoup discuté du fait que le sucre et les céréales transformées sont incroyablement nocifs, mais on en sait peu sur les dangers des acides gras oméga 6 transformés dans les huiles végétales.

Les huiles végétales sont considérées comme une huile de graines transformée et industrialisée. Les huiles végétales sont un ajout relativement récent à notre alimentation, remplaçant les graisses traditionnelles utilisées depuis des centaines d’années comme le ghee, le beurre, l’huile d’olive, l’huile de coco et le saindoux.

 

Comment sont fabriquées les huiles de graines industrielles ?

Bien que ces huiles végétales soient qualifiées de « naturelles », elles ne le sont pas du tout. Je vous invite à rechercher sur Google comment sont fabriquées les huiles industrielles à partir de graines et à observer le processus par vous-même. Ce n’est pas une opération appétissante.

Des plantes de soja, de maïs, de coton, de carthame et de colza (pour l’huile de canola) sont cultivées (principalement des OGM et fortement pulvérisées avec des pesticides et d’autres produits chimiques) pour l’huile végétale. Une fois que les plantes sont matures, les graines sont récoltées sur les plantes. Ensuite, les graines sont chauffées à des températures extrêmement élevées, oxydant les acides gras insaturés et créant des sous-produits nocifs. Ensuite, les graines sont traitées avec un solvant chimique à base de pétrole tel que l’hexane, qui maximise l’huile qui peut être extraite des graines.

Des produits chimiques industriels sont ajoutés pour désodoriser la terrible odeur que contient cette huile extraite chimiquement. Le processus de désodorisation produit des graisses transformées (oui, celles qui peuvent vous tuer). Enfin, l’huile contient encore plus de produits chimiques pour améliorer la couleur. Tout ce traitement qui n’est absolument pas naturel crée une huile OGM inflammatoire riche en calories, pauvre en nutriments et contenant des restes de pesticides, des résidus chimiques, des graisses transformées et des sous-produits oxydés.

Parce que les acides gras dans les huiles de graines industrielles sont tellement instables, des antioxydants synthétiques sont ajoutés pour aider à prévenir l’oxydation et le rancissement. Cependant, ces antioxydants synthétiques ne sont pas non plus sains. Les antioxydants synthétiques tels que le BHA, le BHT et le TBHQ ont des effets perturbateurs endocriniens, cancérigènes et immunitaires. De plus, il a été démontré que le TBHQ déclenche une IgE (immunoglobuline E) en réponse à certains aliments, ce qui peut favoriser le développement d’allergies alimentaires.

Comment cette huile peut-elle être considérée comme « saine » ???

 

L’histoire de l’huile végétale

Avant le début du siècle, deux savonniers nommés William Procter et James Gamble, ont créé un nouveau type de savon à partir d’huile de coton, qui à l’époque était considéré comme un déchet toxique dont personne ne voulait. Auparavant, le savon était généralement fabriqué à partir de saindoux ou de gras de bœuf. La révolution est arrivé lorsque l’on a découvert que quand l’huile de coton était chimiquement modifiée et hydrogénée, elle devenait une graisse solide qui ressemblait au saindoux (alias Crisco). Un nouveau marché pour le « saindoux » de légumes a été créé.

Le soja est devenu une culture populaire aux États-Unis dans les années 30, et une grande partie a été transformée en huile de soja. L’huile de canola, de maïs et de carthame est arrivée peu après. Ces huiles de cuisson étaient très populaires en raison d’une excellente campagne de marketing et de publicité.

Dans les années 1940, la nouvelle America Heart Association a reçu un don important de Procter & Gamble, puis a approuvé les huiles végétales comme une alternative plus saine aux graisses animales. Cerise sur le gâteau, le scientifique Ancel Keys a présenté son « hypothèse lipidique » imparfaite, suggérant un lien entre la graisse animale, le cholestérol et les maladies cardiaques. Keys bien sûr, a poussé les huiles végétales comme le choix préférable à utiliser, et la société médicale et le public ont rapidement suivi.

Comme nous le savons maintenant, l’hypothèse de Keys était erronée, il a sélectionné les études qu’il souhaitait utiliser, et ses liens avec l’industrie sucrière ont contribué à exagérer davantage ses affirmations contre les graisses saturées. Bientôt, tout le monde industrialisé utilisait des huiles végétales et diabolisait les graisses animales.

 

Comment les différents types de graisses sont-ils classés ?

Aux fins de cette discussion, nous parlerons principalement des acides gras oméga 6, de l’acide linoléique et des AGPI. Tous ces éléments sont des composants trouvés dans les huiles végétales de semences industrielles.

D’autres choix d’huiles plus saines incluent les graisses monoinsaturées comme l’huile d’olive et les graisses saturées telles que le saindoux, le beurre et l’huile de noix de coco. L’huile de poisson contient des acides gras oméga 3 sains, notamment du DHA et de l’EPA.

Discuter des graisses peut devenir quelque peu compliqué, mais généralement les graisses sont divisées en trois groupes :

  • Graisses saturées : ont un complément complet d’atomes d’hydrogène. Des exemples de ces types de graisses comprennent, l’huile de noix de coco et les graisses animales comme le beurre, le gras de bœuf et le saindoux.
  • Les graisses monoinsaturées : il manque un seul atome d’hydrogène. Les exemples incluent l’huile d’olive, l’huile d’avocat et les noix.
  • Les graisses polyinsaturées ou AGPI : il manque plusieurs atomes d’hydrogène. Les exemples incluent les huiles végétales comme le canola, le soja, le maïs, le tournesol, la graine de coton, le carthame, etc.

Ces atomes d’hydrogène manquants rendent les AGPI beaucoup plus susceptibles de s’oxyder et la graisse se décompose en métabolites nocifs. Les huiles végétales oméga 6 contiennent une grande partie d’acide linoléique. Les OXLAMS (métabolites de l’acide linoléique oxydé) ont un profond impact négatif sur la santé humaine. Lorsque vous entendez parler d’oxydation dans vos vaisseaux sanguins ou d’accumulation de plaque qui provoque des crises cardiaques, les OXLAMS en sont souvent l’une des causes.

Remarque : ne pas confondre l’acide linoléique (LA) avec acide linoléique conjugué (CLA). Le CLA se trouve principalement dans le bœuf nourri en pâturage, tandis que l’acide linoléique se trouve dans les huiles de graines végétales. Beaucoup de gens pensent que le CLA et le LA sont interchangeables, mais ce n’est vraiment pas le cas. Le CLA a de nombreux avantages pour la santé et ne causera aucun des problèmes du LA.

La vérité est que la quantité TOTALE d’oméga 6 que vous consommez est préjudiciable à votre santé et tant que vous mangez du poisson 2 à 3 fois par semaine, vous obtiendrez beaucoup d’oméga-3. Donc, vous veillerez surtout à faire attention à votre apport en oméga 6 / PUFA / acide linoléique.

Paul Saladino, auteur de « The Carnivore Code », parle également de nombreuses recherches qui montrent que c’est le rapport entre les graisses saturées et les oméga 6, qui selon lui, est PLUS important que le rapport oméga 6 / oméga 3, les graisses saturées plus élevées étant les acides gras oméga 6 protecteurs et polyinsaturés plus élevés causant la majorité des problèmes de santé.

 

Pourquoi les huiles de graines sont-elles si mauvaises pour nous ?

D’abord et avant tout, les huiles de graines industrielles hautement transformées sont quelque chose que notre corps ne reconnaît pas. Comme le dit Chris Kresser, les huiles de graines industrielles sont un « décalage évolutif ». Jusqu’aux années 1900, les humains n’ont jamais consommé d’huile de graine industrielle. Cependant, à partir des années 70, la consommation moyenne d’huile de soja est passée de 2 kilos par personne et par an à 11 kilos par personne ! En conséquence, ces niveaux élevés de consommation industrielle d’huile de graines ruinent notre santé.

La principale raison pour laquelle les huiles de graines sont tellement néfastes, est qu’elles contiennent de grandes quantités d’acide linoléique. Lorsque nous parlons d’acides gras oméga 6, nous nous référons principalement à l’acide linoléique, ou LA dans ces graisses. L’AL représente environ 60 % à 80 % des oméga 6 et est le principal ingrédient qui semble déclencher le processus de la maladie.

 

Huiles de graines, Covid-19 et SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë)

Les huiles de graines sont soupçonnées, de jouer un rôle dans le développement du SDRA, en particulier dans le Covid-19. L’une des principales causes de décès chez Covid-19 est le développement d’une détresse respiratoire aiguë, souvent provoquée par une réaction excessive des cytokines, une réaction immunitaire inflammatoire du corps.

L’une des toxines clés qui contribuent au développement des symptômes du SDRA est appelée leucotoxine, et la leucotoxine est fabriquée à partir d’acide linoléique par les globules blancs pour tuer les agents pathogènes. Cependant, la leucotoxine est toxique pour les humains ainsi que pour les agents pathogènes. La leucotoxine est suffisamment toxique pour tuer les animaux en quelques minutes si vous en injectez de grandes quantités.

Le SDRA peut être provoqué par de nombreux agents pathogènes différents, y compris des virus comme la grippe ou la pneumonie. Vous pouvez également souffrir de SDRA par inhalation de fumée ou d’autres substances toxiques dans l’atmosphère.

Les médecins ont commencé à remarquer que les patients nourris avec des régimes liquides à l’hôpital (riches en huiles de graines, telles que l’huile de soja) développent un SDRA. Alors que le taux de mortalité par SDRA est généralement de 30 % à 60 %, selon le chercheur Tucker Goodrich, nourrir des patients avec des régimes liquides à base d’huile de graines, augmente le taux de SDRA de 700 %.

 

Huiles de graines et cancer

Chacune des cellules de notre corps contient de minuscules centrales qui génèrent de l’énergie, appelées « mitochondries ». À ce niveau cellulaire, une consommation excessive d’acide linoléique entrave la capacité du corps à générer de l’énergie dans nos mitochondries. Mais l’énergie est nécessaire pour la plupart des processus de notre organisme.

Selon la partie du corps, les mitochondries de la cellule fonctionnent le mieux avec des types spécifiques d’acides gras. Ces acides gras peuvent inclure la LA, l’acide palmitique (un autre type de graisse) ou les composants acides gras de l’huile de poisson, tels que le DHA et l’EPA.

Certains acides gras peuvent être comparés dans les cellules à un système d’alarme qui déclenche la mort cellulaire en cas de problème. Si ces acides gras sont pleins d’acide linoléique, ils sont incapables d’émettre le signal et la cellule endommagée n’est pas tuée. En conséquence, les cellules dysfonctionnelles continuent de croître, et se transforment ensuite en cellules cancéreuses ou en tumeurs.

Les animaux développent généralement un cancer, dès lors que les acides gras oméga 6 de leur alimentation atteignent 4 % à 10 % de leur apport énergétique. Les scientifiques peuvent en fait provoquer le cancer chez les animaux en leur donnant des huiles de graines.

Aujourd’hui, la plupart des humains tirent entre 15 % et 20 % de leurs calories d’oméga 6, vous pouvez donc voir qu’il peut y avoir une corrélation. On pense que notre alimentation humaine ancestrale est composée seulement d’environ 2 % à 3 % d’acides gras oméga 6, et lorsque l’apport augmente au-dessus de ce niveau, des problèmes de santé importants apparaissent.

Lorsque vous consommez trop d’acides gras oméga 6, vous les rendez beaucoup plus sensibles aux effets oxydatifs, qui endommagent les cellules et entraînent à leur tour des risques plus élevés de cancer. Cependant, certaines recherches montrent que lorsque l’acide linoléique oméga 6 est remplacé par l’acide oléique de l’huile d’olive, les cellules deviennent résistantes aux dommages oxydatifs.

 

Huiles de graines et diabète

D’autres recherches montrent que les souris nourries avec un régime riche en acides gras oméga 6, par rapport à un régime riche en glucides, développent un diabète. Les souris deviennent résistantes à l’insuline, résistantes à la leptine et obèses. Comparez cela avec les souris qui ont été nourries avec un régime riche en glucides – que nous associons généralement au développement du diabète. Ces souris se portent bien. Mais les souris dont le régime alimentaire est riche en acides gras oméga 6 ont les mitochondries de leur cœur qui se dégradent. Donc, la conclusion que l’on peut faire ici est que lorsque l’on ajoute des huiles de graines, des dommages cardiaques se produisent en raison d’un changement dans les acides gras des cellules.

 

Les huiles de graines vieillissent votre peau et augmentent le risque de cancer de la peau

Il existe même de nombreuses preuves montrant que l’élimination des huiles de graines de votre alimentation réduira considérablement votre risque de coups de soleil et de vieillissement prématuré. Les personnes ayant un apport élevé en huiles de graines et en acides gras oméga 6 ont une inflammation accrue qui à son tour se manifeste par des coups de soleil et des dommages causés par le soleil.

La sensibilité aux dommages causés par les rayons UV est contrôlée par la quantité d’oméga 6 consommée dans l’alimentation. Il a été démontré qu’une consommation plus élevée d’oméga 3 et une consommation plus faible d’oméga 6 contrôlent la vitesse à laquelle on peut contracter un cancer de la peau. Une consommation élevée d’oméga 3 ralentit ou élimine le cancer de la peau, tandis qu’un apport élevé en oméga 6 augmente le risque de cancer de la peau.

De plus, l’inflammation et l’oxydation dues à l’exposition au soleil, ainsi qu’un apport élevé en oméga 6 augmentent la dégradation du collagène et accélèrent le vieillissement de la peau. Des études montrent que les personnes ayant un apport plus élevé en graisses animales saturées ont moins de photo-vieillissement de la peau, que celles qui consomment plus d’huiles végétales dans leur alimentation.

 

Maladies chroniques et huiles végétales

Des apports élevés en acides gras oméga 6 augmentent les médiateurs pro-inflammatoires associés à l’asthme, aux maladies auto-immunes, à l’infertilité, à la dégénérescence maculaire et à l’arthrose.

L’une des choses à retenir est que les huiles de graines sont particulièrement nocives pour le cerveau. Trop d’acides gras oméga 6 peuvent rendre les gens beaucoup plus sensibles à la dépression, à l’anxiété et à la démence, en raison de l’augmentation de l’inflammation dans le cerveau. L’huile de canola, qui a été présentée comme « saine », est liée à une mauvaise mémoire, à un déclin cognitif et à un risque plus élevé de maladie d’Alzheimer.

Les gras transformés dans les huiles végétales, qui sont le résultat de la chaleur et du traitement industriel, sont également associés à un risque plus élevé de démence, ainsi qu’à une augmentation de l’agressivité.

D’autres recherches chez la souris montrent que des niveaux élevés d’acide linoléique augmentent la consommation alimentaire et encouragent la prise de poids et l’obésité. Des recherches plus poussées montrent qu’un régime riche en huile de soja en particulier entraîne l’obésité, la résistance à l’insuline, le diabète et la stéatose hépatique.

Même l’alimentation d’une mère riche en acides gras oméga 6 est associée à un risque plus élevé d’obésité chez ses enfants. Et les enfants qui mangent des niveaux élevés d’oméga 6 ont souvent une résistance à l’insuline, un prédiabète et souffrent d’obésité lorsqu’ils grandissent.

 

Qu’en est-il des maladies cardiaques ?

Depuis 50 ans ou plus, on nous bourre le crâne avec l’idée que les huiles végétales sont « saines pour le cœur » et nous aident à prévenir les maladies cardiaques. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité !

En fait, les acides gras oxydés des huiles de graines industrielles semblent jouer un rôle central dans le développement des maladies cardiovasculaires.

Le chercheur James DiNicolantonio a travaillé sur une théorie appelée, « théorie de l’acide linoléique oxydé de la maladie coronarienne », qui présente un lien entre la consommation d’huiles de graines industrielles riches en acide linoléique et les maladies cardiovasculaires. Sa théorie comprend les points suivants :

  • L’acide linoléique de notre alimentation entre dans les lipoprotéines sanguines (triglycérides et cholestérol).
  • L’instabilité de l’acide linoléique provoque une oxydation.
  • Les lipoprotéines oxydées activent les macrophages qui déclenchent la formation de cellules spumeuses, l’athérosclérose et les maladies cardiovasculaires.

Les huiles de graines industrielles sont également un facteur causal des maladies cardiovasculaires en augmentant le rapport oméga 6 / oméga 3. Ce rapport élevé d’oméga 6 à oméga 3 crée une inflammation excessive et des effets de coagulation dangereux dans le cœur et les vaisseaux sanguins. Le LDL, la partie du cholestérol dont on nous a appris qu’il était, le « mauvais cholestérol », n’est dangereux que lorsqu’il est exposé à des niveaux élevés d’acides gras oméga 6, ce qui le fait s’oxyder dans les vaisseaux sanguins

Les huiles de graines industrielles sont également nocives pour notre santé intestinale, ce qui rend les maladies comme le SCI (syndrome du côlon irritable) et les MCI (maladie du côlon irritable) beaucoup plus probables. Cette information nous amène à la conclusion que des niveaux élevés d’acides gras oméga 6 peuvent altérer notre microbiome intestinal et augmenter l’inflammation gastro-intestinale, contribuant au développement du SCI et des MII.

Toute personne atteinte de tout type de maladie inflammatoire ou auto-immune devrait éviter les huiles végétales transformées et ne consommer que des graisses naturelles provenant de l’huile d’olive, de l’huile de coco, des fruits de mer sauvages, des noix, des graines et des graisses animales saines.

 

Comment éviter l’acide linoléique et les oméga 6

La tâche difficile est d’éviter complètement les oméga 6. Les acides gras oméga 6 ne se trouvent pas seulement dans l’huile végétale que vous achetez en bouteille au magasin. Ces graisses nocives se trouvent dans la plupart des aliments transformés, vinaigrettes, sauces, chips de toutes sortes, craquelins, biscuits, pain et plus encore.

La plupart des aliments frits – à moins qu’ils ne soient spécifiquement étiquetés, sont frits dans de l’huile végétale (première attaque !), et chauffés à plusieurs reprises (deuxième attaque !). Les restaurants et même les traiteurs réutilisent souvent l’huile végétale pour faire frire les aliments. Lorsque les huiles végétales sont chauffées encore et encore, cela amplifie encore la toxicité de l’huile.

Une cuisson répétée épuise également la vitamine E, un antioxydant naturel. Il augmente considérablement les radicaux libres qui endommagent l’ADN, les protéines et les lipides dans le corps. Cela aide à expliquer pourquoi les aliments frits sont associés à l’hypertension artérielle, aux maladies cardiaques et aux lésions hépatiques.

Même la viande, comme le poulet d’élevage commercial qui est nourri avec des céréales à haute teneur en LA, est riche de cette graisse dangereuse. Manger plus d’aliments riches en acides gras oméga 3 peut aider, mais n’évitera pas le problème. Comme l’a souligné le chercheur Tucker Goodrich, « Le ratio n’est pas vraiment ce qui est important. Ce qui est important, c’est d’éviter [totalement] les acides gras oméga 6… »

Éviter tous les aliments transformés, en particulier les aliments frits et les frites. Ne manger que des gras saturés ou des acides gras monoinsaturés comme l’huile d’olive est la meilleure façon d’éviter les oméga 6.

 

Et l’huile d’olive ?

Oui, l’huile d’olive contient également du LA, mais elle contient également d’autres graisses saines qui aident à compenser cela. L’huile d’olive contient de l’acide oléique, qui est l’une des meilleures graisses pour votre corps. L’acide oléique est très résistant à l’oxydation, c’est pourquoi l’huile d’olive est beaucoup plus saine pour cuisiner. Cependant, l’huile d’olive peut contenir des quantités variables d’acide linoléique et de nombreuses huiles d’olive sont coupées avec des huiles de graines moins chères, augmentant encore plus la teneur en LA. Prenez donc conscience de la quantité d’huile d’olive que vous consommez. Cela peut être préjudiciable en quantités trop élevées.

 

Autres graisses saines

La graisse de bœuf – même le bœuf élevé de façon conventionnelle – est une combinaison de graisses monoinsaturées et saturées, et ne contient que des traces d’AGPI. Le bœuf nourri en pâturage est plus riche en CLA (une graisse saine) et en DHA (un gras oméga 3). D’autre part, le poulet et le porc contiennent dix fois plus d’oméga 6 / LA que le bœuf, le bison ou l’agneau, donc si vous voulez être aussi sain que possible, choisissez de la viande ROUGE nourrie en pâturage au lieu du poulet ou du porc.

L’huile de coco est une autre graisse saturée saine, et l’huile d’olive est monoinsaturée, tout comme l’huile d’avocat et l’huile de noix. Le beurre, mon préféré, est principalement composé de graisses saturées, de graisses monoinsaturées et de très peu de graisses polyinsaturées. Le beurre de pâturage est également très riche en vitamine K-2, un autre nutriment essentiel précieux pour la santé cardiaque.

J’espère que vous êtes resté avec moi jusqu’au bout de cet article important. De nombreuses personnes sous-estiment l’énorme valeur qu’une alimentation saine a sur tous les aspects de leur vie. De la santé, à l’énergie, à la composition corporelle, à vos humeurs, l’alimentation compte. Comprendre les informations contradictoires est la partie la plus difficile, donc suivre la science est ce qui compte le plus.

Comme le dit mon collègue Mike Geary,

« … beaucoup de gens font des déclarations du type : « il suffit de vivre un peu et de manger un beignet ». Et, honnêtement, je n’assimile pas « vivre un peu » à manger des beignets ou des frites ou tout autre truc qui nuit à ma qualité de vie. Je préfère manger un délicieux steak ou un hamburger avec du bœuf de pâturage, et je sais que je nourris mon organisme !

Je préfère avoir une énergie incroyable, une clarté cérébrale, un look et une sensation formidables tous les jours au lieu des 10 secondes de plaisir qu’un beignet ou des chips pourraient me procurer. De plus, il existe toujours de meilleures alternatives pour une friandise qui ne contient pas d’huile végétale. »

Je suis 100 % d’accord !

 

Références
https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2020/12/13/linoleic-acid-health-effects.aspx?ui=91e4943fb31272c2cf6bf823f245f818b8eba68082a47a5a743f980f03272d6c&cid_source=dnl&cid_medium=email&cid_content=art1HL&cid=20201213_HL2&mid=DM746090&rid=1033766169
https://chriskresser.com/all-about-the-carnivore-diet-with-dr-paul-saladino/
https://chriskresser.com/how-industrial-seed-oils-are-making-us-sick/?fbclid=IwAR29gPfOPGm2JCdif0_Npayr3aekSD8koUX82yr8lIhgoRH9U4uCd7xMjjM

A propos Détective Nutrition

Mike Geary est spécialiste en nutrition certifié et entraîneur personnel certifié depuis plus de 15 ans. Il étudie la nutrition et l'entraînement depuis près de 25 ans, depuis qu'il est jeune adolescent. Mike est originaire de Pennsylvanie, mais amoureux de la montagne il réside maintenant dans l'Utah. Mike est un passionné d'aventure et quand il ne passe pas son temps à faire du ski, du VTT, de la randonnée ou du paddleboard sur le lac, il apprécie le parachutisme, le rafting, le pilotage d'un avion de chasse italien (sérieux), la plongée sous-marine, de l'héli-ski et Voyager à travers le monde tout en appréciant l'apprentissage de différentes cultures. À l'âge de 40 ans, Mike se sent maintenant plus sain, plus fort et plus énergique qu'à l'âge de 20 ans... Tout cela en raison d'un mode de vie sain et d'une excellente nutrition !

Vérifier également

11 signes sournois de niveaux faibles en progestérone (important aussi pour les hommes)

par Cat Ebeling — coauteur de best-sellers : La Cuisine Brûleuse de Graisses,~ Le Top 101 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Demandez votre copie GRATUITE en nous indiquant votre adresse email : 

Vos informations restent totalement privées.