samedi , 19 janvier 2019
Accueil / Enquêtes / Ce produit chimique présent dans vos Cheerios ou vos flocons d’avoine provoque-t-il le cancer ?

Ce produit chimique présent dans vos Cheerios ou vos flocons d’avoine provoque-t-il le cancer ?

par Cat Ebeling & Mike Geary — co-auteurs de best-sellers : La Cuisine Brûleuse de GraissesLe Top 101 des aliments qui combattent le vieillissement Stoppez votre Diabète

L’avoine, le muesli et les barres pour le goûter préférées de vos enfants contiennent une forte dose de glyphosate, un poison pour les mauvaises herbes. Le glyphosate est l’ingrédient actif du « Roundup », le célèbre herbicide de Monsanto.

Monsanto a récemment fait la une, en perdant 289 millions de dollars lors d’un procès intenté par le jardinier d’une école, qui accuse le glyphosate d’avoir causé son cancer, un lymphome mortel.

Bayer a déclaré que le nombre de poursuites en instance à son encontre est passé de 5 200 à 8 000. Les actions de la société allemande ont perdu 11 % de leur valeur depuis qu’elle a perdu l’affaire de 289 millions de dollars devant un tribunal californien, contre le jardinier Dewayne Johnson, qui a affirmé que les herbicides de Monsanto contenant du glyphosate avaient causé son lymphome non-Hodgkinien. Les actions de Bayer ont encore perdu 1,7 % à la suite.

Dans un nouveau recours collectif intenté contre le géant alimentaire General Mills, moins d’une semaine après le verdict dans l’affaire Johnson vs Monsanto, la plaignante Mounira Doss a déclaré que General Mills avait le devoir de révéler la présence de glyphosate dans ses céréales Cheerios et Honey Nut Cheerios. Les taux de glyphosate dans les Cheerios, compris entre 470 et 530 parties par milliard (ppb), sont parmi les niveaux les plus élevés présents dans les aliments testés. Doss a déclaré que « General Mills n’a pas divulgué ou activement dissimulé des informations que les consommateurs devaient connaitre avant l’achat [de Cheerios]. Ils savaient ou aurait dû savoir que Cheerios et Honey Nut Cheerios contenaient du glyphosate, mais ont dissimulé ces informations aux consommateurs et au grand public. »

Cela signifie que General Mills pourrait avoir enfreint plusieurs lois nationales sur la protection du consommateur. Steve Gardner, consultant juridique chez Gardner Consulting et ancien responsable du département droit des produits alimentaires chez Stanley Law Group, a déclaré : « À la suite de l’indemnisation de 289 millions de dollars octroyée par Monsanto, nous prévoyons que les avocats des demandeurs ciblent des produits contenant du glyphosate, même en petites quantités…

Des tests de laboratoire indépendants commandés par le groupe de travail sur l’environnement (GTE) ont trouvé de fortes doses de glyphosate dans la quasi-totalité des 45 échantillons de produits à base de céréales et de goûters fabriqués à partir d’avoine de cultures conventionnelles (non-biologiques). Le plus effrayant, est que 75 % de ces échantillons avaient des niveaux plus élevés de glyphosate que ce qui est considéré comme acceptable et sans danger. Si vous pensez être à l’abri du glyphosate parce que vous n’achetez que des produits biologiques, sachez que 30% des céréales et des goûters à partir de céréales de culture biologique testés contenaient également du glyphosate.

Un autre laboratoire, Anresco, un laboratoire enregistré par la FDA (Federal Drug Administration) aux États-Unis, a utilisé l’un des tests les plus fiables pour détecter les résidus de glyphosate dans 30 aliments courants. Leurs conclusions étaient également compatibles avec les conclusions du GTE.

Certains des résidus de glyphosate les plus importants ont été trouvés dans les Cheerios de General Mills, Honey Nut Cheerios, les Pita crackers de Stacy, les crackers Ritz, les biscuits Lucy à l’avoine, les Kashi au chocolat fondant, des biscuits moelleux au chocolat noir, des petits pains à la crème de Debbie, des Oreos et des dizaines de céréales et goûters « sains ». 

« Franchement, un niveau aussi élevé de contamination par le glyphosate présent dans les Cheerios, Doritos, Oreos… est alarmant et devrait révolter tout parent qui essaie de nourrir ses enfants avec des aliments sains et non-toxiques », a déclaré Dave Murphy, directeur de Food Democracy Now !

L’EPA définit une « limite maximale de résidus » (LMR), également appelée tolérance, pour les résidus de pesticides présents dans les aliments tels que le maïs et le soja. Les LMR pour le glyphosate varient en fonction du produit.

Comme les agriculteurs ont souvent du mal à faire sécher leurs récoltes céréalières comme le maïs, le blé et l’orge, en particulier dans les climats plus humides, les grosses sociétés de produits chimiques agricoles ont eu l’idée d’arroser les cultures avec du glyphosate une à deux semaines avant la récolte pour tuer les plantes et accélérer le séchage des grains. Cette utilisation du glyphosate avant la récolte permet aux agriculteurs de récolter jusqu’à deux semaines plus tôt.

La dessiccation des cultures avec du glyphosate est une pratique très courante, les agriculteurs utilisent des quantités massives de glyphosate sur des cultures non-OGM telles que le blé, l’avoine, le soja, le maïs et d’autres cultures, juste avant la récolte.

Outre le blé et l’avoine, le glyphosate est utilisé pour dessécher une variété d’autres cultures, notamment les arachides, les lentilles, les pois, le soja, le lin, le seigle, le triticale, le sarrasin, le mil, le canola, les betteraves à sucre et les pommes de terre. Ces produits alimentaires sont essentiellement imbibés de glyphosate à peine quelques semaines avant la récolte, ce qui signifie des niveaux encore plus élevés de glyphosate une fois que ces cultures sont récoltées.

Selon l’EPA, le glyphosate est utilisé aux États-Unis dans au moins 70 cultures vivrières différentes, notamment des céréales, des épinards, des avocats, des amandes, des noix, des figues, des prunes, des raisins, des kiwis, des citrons, des pamplemousses, des pistaches et des grenades. L’utilisation généralisée du glyphosate le rend presque impossible à éviter, des tests sur des échantillons montrent que 93 % d’entre nous sommes positifs à la présence de glyphosate dans notre organisme.

Lien du glyphosate avec des problèmes de santé graves

Des études récentes montrent que le glyphosate est non seulement une substance chimique dangereuse qui a envahi l’ensemble de notre système alimentaire, mais qu’il est également lié à l’autisme, au lymphome non-Hodgkinien, à de graves allergies alimentaires (notamment la maladie cœliaque), à la maladie de Parkinson, à la sclérose en plaques, à la maladie d’Alzheimer, à l’obésité, aux problèmes hépatiques et de reproduction. Les organismes des enfants sont encore plus sensibles aux dommages causés par le glyphosate.

Des scientifiques du monde entier ont passé en revue les recherches négatives sur le glyphosate, qui ont fait l’objet d’un examen encore plus minutieux depuis que le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation Mondiale de la Santé a classé en 2015 l’herbicide comme « cancérigène probable pour l’homme ».

En outre, le CIRC a également déclaré : « Le glyphosate est également responsable de dommages causés à l’ADN et aux chromosomes dans les cellules humaines. » Dix-sept experts mondiaux du cancer du CIRC ont classé le glyphosate dans la catégorie 2A « cancérogène probable pour l’homme ».

Le glyphosate endommage les bactéries intestinales et bloque les nutriments essentiels

Bactéries intestinales : une étude récente montre que le glyphosate est lié à la perturbation des bactéries intestinales clés, affectant les enzymes responsables de la détoxification du corps et provoquant des carences en vitamines A et D3, compromettant la capacité du corps à produire de la bile, une substance essentielle à la digestion des graisses. On sait maintenant que le glyphosate cause des perturbations extrêmes des importants microbes bénéfiques dans notre tube digestif, ce qui entraine la prolifération d’agents pathogènes nocifs.

Carences en vitamines, minéraux et acidesaminés : le glyphosate se lie également au fer, au cobalt, au molybdène, au cuivre et à d’autres minéraux essentiels de l’organisme, créant de graves carences. De plus, le glyphosate interfère avec l’activation de la vitamine D dans le foie en inhibant les enzymes du cytochrome P450, créant ainsi de nombreux autres problèmes liés au déficit en vitamine D.

Augmentation des allergies alimentaires : selon les scientifiques le gluten se lie au glyphosate dans le système digestif, créant une substance hautement allergène. La même chose s’applique au maïs, au soja, aux noix et aux cacahuètes traités au glyphosate. L’action même de la pulvérisation de glyphosate dans les cultures crée une substance hautement allergène, l’une des principales raisons pour lesquelles les enfants sont devenus allergiques à tellement d’aliments, y compris les arachides.

Lien vers l’anxiété et la dépression : le glyphosate perturbe également une voie critique chez les plantes, détruisant trois de leurs acides aminés essentiels qui aident notre corps à créer de la sérotonine. Les carences en sérotonine conduisent à l’anxiété, à la dépression, à un comportement violent et à d’autres maladies mentales. On sait maintenant que le glyphosate cause des perturbations extrêmes sur d’importants microbes bénéfiques dans notre tube digestif, permettant ainsi la prolifération d’agents pathogènes nocifs.

Problèmes thyroïdiens : le glyphosate épuise également le corps en tyrosine, un nutriment essentiel nécessaire à l’hormone thyroïdienne. En conséquence, les problèmes de thyroïde augmentent également, se manifestant souvent par des problèmes d’hypothyroïdie ou auto-immuns de la maladie d’Hashimoto.

Comment éviter le glyphosate

Quel que soit le type d’alimentation, il est extrêmement difficile d’éviter cette substance chimique omniprésente ! Elle est utilisée dans la plupart des cultures conventionnelles, ses résidus se trouvent dans les eaux de ruissellement, les ruisseaux, les lacs et les précipitations. Il est également présent dans l’air, de sorte que même les aliments 100 % biologiques présentent maintenant des traces de glyphosate.

Ce que vous pouvez faire pour éviter ou minimiser votre exposition et celle de vos enfants au glyphosate :

  • Si vous choisissez de consommer des céréales et des légumes (ce que beaucoup de personnes évitent si elles suivent un régime de type Paléo), veillez à choisir des céréales et des légumes biologiques. Manger un régime bio pendant 1 semaine réduit de 90 % l’exposition aux pesticides.
  • Évitez de manger des céréales cultivées conventionnellement et des aliments transformés.
  • Ne consommez que de la viande, de la volaille, des œufs, du beurre et des produits laitiers provenant exclusivement d’animaux nourris naturellement.
  • Mangez des aliments riches en soufre, comme des œufs, du fromage biologique, des oignons et de l’ail. L’exposition au glyphosate dans le corps épuise le soufre et affecte également les voies du sulfate.
  • Mangez des aliments fermentés et des probiotiques. Les aliments fermentés avec une culture vivante d’acétobacter sont particulièrement importants. Cela comprend le vinaigre de cidre de pomme biologique, la choucroute, le kimchi, le kombucha, les fromages et le yogourt.
  • Supplémentez de glutathion et de manganèse ; deux éléments nutritifs que le glyphosate épuise.
  • Exposez-vous au soleil pour que votre corps puisse produire de la vitamine D, ou complétez avec de la D3 si vous n’exposez pas suffisamment votre peau au soleil.

 

 

 

 

Références :

https://www.foodnavigator-usa.com/Article/2018/08/21/And-now-the-food-lawsuits-General-Mills-sued-over-glyphosate-residue-post-Monsanto-289m-verdict

https://detoxproject.org/wp-content/uploads/2016/10/anresco_reports_food_testing_2016.pdf

https://www.alexfergus.com/blog/how-to-protect-yourself-from-glyphosate

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3945755/

https://enveurope.springeropen.com/articles/10.1186/s12302-016-0070-0

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3945755/

http://www.glyphosate.eu/glyphosate-basics/history-glyphosate

https://health.ucsd.edu/news/releases/Pages/2017-10-24-exposure-to-glyphosate-chemical-found-in-weed-killer-increased-over-23-years.aspx#.We9Y-2vV0Ih.facebook

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10854122

http://www.iarc.fr/en/media-centre/iarcnews/pdf/MonographVolume112.pdf

https://www.ecowatch.com/epa-monsanto-glyphosate-cancer-2054307830.html

https://www.ecowatch.com/monsanto-glyphosate-cheerios-2093130379.html

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2013/06/09/monsanto-roundup-herbicide.aspx

A propos Détective Nutrition

Mike Geary est spécialiste en nutrition certifié et entraîneur personnel certifié depuis plus de 15 ans. Il étudie la nutrition et l'entraînement depuis près de 25 ans, depuis qu'il est jeune adolescent. Mike est originaire de Pennsylvanie, mais amoureux de la montagne il réside maintenant dans l'Utah. Mike est un passionné d'aventure et quand il ne passe pas son temps à faire du ski, du VTT, de la randonnée ou du paddleboard sur le lac, il apprécie le parachutisme, le rafting, le pilotage d'un avion de chasse italien (sérieux), la plongée sous-marine, de l'héli-ski et Voyager à travers le monde tout en appréciant l'apprentissage de différentes cultures. À l'âge de 40 ans, Mike se sent maintenant plus sain, plus fort et plus énergique qu'à l'âge de 20 ans... Tout cela en raison d'un mode de vie sain et d'une excellente nutrition !

Vérifier également

7 Aliments « GRAS » qui peuvent vous aider à obtenir un ventre plat (Certains d’entre eux vont vous surprendre !)

Ces 7 super aliments surprenants (mais sains) peuvent effectivement aider à brûler plus vite les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *